« Le fils » de Jon Fosse au théâtre de la Madeleine

Chers compagnons d’escapades,

Le Fils
de Jon Fosse

Théâtre de la Madeleine

Texte français Terje Sinding

Avec
Michel Aumont
Catherine Hiegel
Stanislas Roquette
Jean-Marc Stehlé

Mise en scène
Jacques Lassalle

Décors
Jean-Marc Stehlé Catherine Rankl

Costumes Arielle Chanty

Lumières
Franck Thévenon

Son Julien Dauplais

Du 17 avril au dimanche 3 juin 2012

Du mardi au samedi à 21h
Le dimanche à 16h

Certains d’entre nous ont assisté courageusement à la représentation du « Fils » de Jon Fosse dimanche dernier, journée pour mémoire copieusement ensoleillée qui n’incitait pas à aller s’enfermer dans un théâtre, surtout s’agissant d’aller y tenter une plongée dans les eaux troubles et glaciales d’une histoire de huis clos familial au cœur d’un petit bourg en voie d’extinction dans un fjord Norvégien au milieu de l’hiver. Noir, avais-je prévenu…

Une immense fresque peinte plante le décor et restitue de façon grandiose et inquiétante un paysage nordique de montagnes abruptes entourées de lacs noires, contre lesquelles est adossé un hameau quasi déserté. L’intérieur et l’extérieur se fondent dans une confusion d’espaces, suggérant que toute la vie ici s’articule au rythme de cette nature hostile et sauvage. 

La pièce s’ouvre sur une scène quotidienne, réunissant un couple vieillissant dans un salon d’une banalité à pleurer, monsieur tout à son journal, madame au tricot, et pourtant sans qu’on sache très bien pourquoi, leurs échanges lacunaires, succession mécanique de lieux communs et de formules toutes faites, amènent d’emblée une certaine tension. Monsieur se lève et se poste à la fenêtre, scrutant au loin l’obscurité. «Il fait sombre, très sombre, de plus en plus sombre, … comme de la terre» sera sa petite ritournelle, sentencieuse, invariablement déclamée au fur et à mesure de l’avancée de l’intrigue, ponctuant les vides, les blancs, les trous qui s’étirent au-delà du supportable. Seule la lumière de l’unique voisin, survivant, plus pour très longtemps, et les faisceaux des phares du bus quotidien qui mène à la ville, scintillent dans cette nuit polaire où rien ne bouge. Mais ce jour/nuit là, le fils, mystérieusement parti 6 mois auparavant, fait son retour…

Vos paupières sont lourdes… très lourdes… la note monocorde qui accompagne les premiers temps de la pièce diffusant son effet hypnotique irrésistible, nous met à rude épreuve et ajoute à une envie irrépressible de dormir, interprétée audacieusement comme une défense contre un réel inassimilable, sans exclure toutefois les manifestations de l’ennui profond face à la pauvreté de l’histoire. Pourtant quelque chose nous tient à peu près éveillés et nous pousse à attendre comme le Messie, le fils du titre bien nommé. C’est à lui qu’on s’accroche, qui est-il? Comment a-t-il grandi dans ce no-man’s land? Fils unique du couple, inconsolable depuis son départ, quel a été son parcours? Comment est-il parti? Là d’ailleurs se situe le noeud du drame, sans en dévoiler davantage. Mais surtout, constate-t-on avec effroi, qu’est-ce qui a bien pu le faire revenir? …

C’est à une véritable performance d’acteurs (remarquables) et de spectateurs que nous convie cette étrange pièce, nous soumettant le temps d’une représentation hyper-réaliste à un temps figé, mort, gelé, qui ralentit les mots, les pensées, les respirations, les pouls et nous entraîne inexorablement vers une expérience de l’attente, du vide, du rien, dont on ne sort pas indemnes. Un temps qui contraste follement avec notre mode de vie contemporain, qui sature le vide à outrance. Libre à vous de vouloir tenter l’expérience. Je pense pour ma part qu’elle en vaut la peine.

Je laisse le (bon) mot de la fin à Vanessa lorsque nous sommes sortis du théâtre, « Oh, il fait jour dehors! », nous poussant joyeusement vers le quartier Madeleine en quête d’un café pour nous remettre de nos émotions, avec un gain de vie intensément ressenti. 

 Amicalement,

Géraldine.

 { 18/05/2012 18:44:39 }

 
Extrait de l’article de Wikipedia sur Jon Fosse:
« L’œuvre théâtrale de Jon Fosse se caractérise par une écriture très épurée, minimale, répétitive avec d’infimes variations. La langue est banale, l’intrigue est pauvre, quasiment absente, l’ensemble paraît très simple. Mais l’auteur arrive à créer une tension extrême entre les personnages, dans un univers souvent très sombre.
« Le langage signifie tour à tour une chose et son contraire et autre chose encore » dit l’auteur. L’écriture ne comporte pas de ponctuation, et on remarque notamment l’absence de points d’interrogation, alors que les personnages sont perpétuellement en recherche, en attente, en tension (jalousie, exaspération, angoisse, vide existentiel…). Le plus souvent, ils sont confrontés à leur propre solitude. On ignore à peu près tout des personnages, de leur passé. Ils sont stylisés et ne portent pas de nom : ils sont désignés par un terme générique (luiellele filsle père, etc.) Seul importe le moment présent et les tensions qui s’exaspèrent entre eux. Et l’intrigue est elle-même épurée au point qu’elle en devient presque abstraite ou conceptuelle (la rencontre, la séparation, l’abandon, la solitude, etc.), elle donne souvent l’impression d’être inachevée. Il en résulte, pour le comédien et le spectateur, une sorte de frustration qui excite sa curiosité et éveille son imaginaire. »

Reprise

Chers tous,

Si le blog est resté longtemps inactif, ses escapadeurs-écriveurs s’étant récemment montré peu prolixe, Géraldine nous ayant envoyé coup sur coup deux textes formidables, je n’ai pas résisté à le rouvrir pour lui faire honneur et j’ai publié celui qu’elle nous a envoyé à  propos de la pièce mise en scène par Lassalle, au théâtre de la Madeleine, Le fils, de Jon Fosse, sur le blog d’Escapades.

Vous le trouverez à l’adresse suivante : http://disparates.org/escapades/le-fils-jon-fosse-madeleine/

Je publierai également celui sur les nus de Degas.

A vous voir et/ou vous lire avec toujours autant de plaisir,

Escapadesquement vôtre,

véronique

 

NB : que disait donc Lacan de l’ennui (le jeu mot avec UNIEN ?)

« A quoi répond en nous : ennui »

——————– #1 ——————–

Chère Véronique,

Voici la citation complète que tu recherchais,
et un peu de son contexte :

« Un regard, celui de Béatrice, soit trois fois rien, un battement de paupières et le déchet qui en résulte : et voilà surgi l’Autre que nous ne devons identifier qu’à sa jouissance à elle, celle que lui, Dante, ne peut satisfaire, puisque d’elle il ne peut avoir que ce regard, que cet objet, mais dont il nous énonce que Dieu la comble ; c’est même de sa bouche qu’il nous provoque à en recevoir l’assurance.

A quoi répond en nous : ennui. Mot dont, à faire danser les lettres comme au cinématographe jusqu’à ce qu’elles se replacent sur une ligne, j’ai recomposé le terme : unien. Dont je désigne l’identification de l’Autre à l’Un.« 

Lacan, « Télévision », Seuil, 1974, p. 41.

Fi donc l’ennui ! Vive les multiples projets d’escapades et la « disparité » des textes qui en résultent.

Dominique.

——————– #2 ——————–

Merci beaucoup Dominique, l’ennui ne lasse pas de m’intéresser…

 Tentative de décryptage de la citation de Lacan :

Un regard –> un battement de paupières + un déchet.

l’Autre ≈ (identifié à) sa jouissance à elle

Mais que Lacan veut-il dire ? que dit-il, crois-tu Dominique ? Quel est cet ennui de « l’identification de l’Autre à l’Un » – du moment de l’identification de l’Autre à son seul regard, à sa seule jouissance à elle – à quoi lui, pauvre Dante, ne peut rien, mais qui elle la comble,  la faisant Une, Unienne en ce regard,  pleine – séparée, sans Autre ni autre…

Elle y est Une, en devient Autre pour lui (entraînant son ennui, à lui ?) L’unien entraînant l’ennui, la stase, le vide.

Voici, à tout hasard, la définition du mot « ennui » dans le Littré :

ennui

nm (an-nui, an prononcé comme dans antérieur)

1/ Tourment de l’âme causé par la mort de personnes aimées, par leur absence, par la perte d’espérances, par des malheurs quelconques. Le roi même arrivant partage leur ennui. [Corneille, Oedipe]
Contrariété. Cette affaire lui a donné beaucoup d’ennui. Être accablé d’ennuis.

2/  Sorte de vide qui se fait sentir à l’âme privée d’action ou d’intérêt aux choses. Donner, causer, avoir, éprouver de l’ennui. Un ennui mortel. Charmer les ennuis de l’absence. Quand on se verrait même assez à l’abri de toutes parts [des misères], l’ennui, de son autorité privée, ne laisserait pas de sortir du coeur où il a des racines naturelles, et de remplir l’esprit de son venin. [Pascal, Pensées]
Dégoût de tout. Tomber dans un ennui profond. L’ennui de la vie.
Mélancolie vague. L’ennui de Réné [le héros d’un roman de Chateaubriand]. Du romantisme jeune appui, Descends de tes nuages ; Tes torrents, tes orages Ceignent ton front d’un pâle ennui. [Béranger, Troubadours.]

REMARQUE

Dans le style relevé, ennui est un mot d’une grande force et qui s’applique à toutes sortes de souffrances de l’âme : les ennuis du trône ; des ennuis cuisants. Dans le langage ordinaire, il perd beaucoup de sa force et se borne à désigner ce qui fait paraître le temps long.

Le Fils
de Jon Fosse

Théâtre de la Madeleine

Texte français Terje Sinding

Avec
Michel Aumont
Catherine Hiegel
Stanislas Roquette
Jean-Marc Stehlé

Mise en scène
Jacques Lassalle

Décors
Jean-Marc Stehlé Catherine Rankl

Costumes Arielle Chanty

Lumières
Franck Thévenon

Son Julien Dauplais

Du 17 avril au dimanche 3 juin 2012

Du mardi au samedi à 21h
Le dimanche à 16h

En quoi cet ennui se rapproche-t-il de celui que vous avez éprouvé à la vision de la pièce de Jon Fosse,  ou que dit avoir éprouvé Géraldine :

Vos paupières sont lourdes… très lourdes… la note monocorde qui accompagne les premiers temps de la pièce diffusant son effet hypnotique irrésistible, nous met à rude épreuve et ajoute à une envie irrépressible de dormir, interprétée audacieusement comme une défense contre un réel inassimilable, sans exclure toutefois les manifestations de l’ennui profond face à la pauvreté de l’histoire.

… « monocorde », « hypnotique », dans un désir de représentation de la répétition inlassable d’un même Un… ((représentation impossible s’il en est)) Face à la jouissance de l’Autre, où il s’emmure sans nous, je nous vois bien ennuyés, finalement, oui, effectivement…

Ah! je regrette bien de n’avoir pas vu cette pièce !!!

Bien amicalement à vous,

Véronique

——————– #3 ——————–

Attention ! Lacan ne dit pas que Dante s’ennuyait ! La brièveté de la rencontre ne le lui aurait guère permis – sauf peut-être au sens classique, que tu as relevé dans le Littré, Véronique. Mais non, il était lui-même tout occupé de son objet, le regard de Béatrice, « déchet exquis ». Sans compter l’écriture…  Il semble s’être très bien accommodé que Béatrice ait « sa jouissance à elle ».

« A quoi répond en nous : ennui », dit le texte. C’est donc bien le nôtre, affect caractéristique de notre époque, paraît-il, qui ici nous interpelle.

 Dominique.

Sur la route de Walter Selles // « borderoad »

Hello les escapadeurs routards,

J’ai vu « On the road » hier soir, mais pas jusqu’au bout tellement l’ennui était important, lié, il me semble à la répétition du thème: La route, la sexualité et la toxicomanie, à travers un jeune écrivain fasciné par un ami sans limites. Il est  « sur la route », ou plutôt sans cesse sur la limite vie/mort ; c’est la première fois que ça m’arrive de quitter un film avant la fin. Il faut dire que j’étais avec une amie qui supportait mal et j’ai donc abandonné la dernière demi-heure. Vous me raconterez la fin? et ce que vous y avez trouvé?

« Le grand roman de la Beat Generation, Sur la route, écrit par Jack Kerouac en 1957, était réputé inadaptable. Marlon Brando, Francis Ford Coppola, Jean-Luc Godard ou Gus Van Sant s’y sont cassé le nez. Finalement, un cinéaste brésilien, Walter Salles, relève le défi, trahissant le texte pour mieux lui rester fidèle. » (Olivier Delcroix, Le Figaro)

Cela m’a fait un peu penser à « Shame », pour ce qu’il en est de la jouissance du « Un tout seul », mais en moins bien, du fait de l’insaisissable d’une quelconque histoire, ….seulement la répétition. 

Cela s’éclaire peut-être à la fin? Mais j’ai parié que non.

Et que l’important est justement la répétition intenable de cette limite, sur cette route, comme on dirait « à la rue » ou « en déroute ». Finalement, seule la route compte, se mettant en place d’un désir qui ne cesse pas de céder à la jouissance.

Borderline/ border road

Vous me direz?

Bises

Catherine


On The Road – Official trailer – (HD 1080p) par MK2diffusion