Ce terme « sich sträuben » est souvent utilisé par Freud. Précisons-le.

[complément de lecture du cours 4 – 9.2.2011]

Ce terme sich sträuben est souvent utilisé par Freud. Précisons-le. Sträuben signifie  » hérisser », « dresser  » (cheveux). Ainsi on trouve l’expression  haarsträubende Geschichte, histoire effrayante, histoire à faire dresser les cheveux sur la tête. Sich sträuben signifie « se hérisser », »se dresser » et sich gegen etwas sträuben, « se refuser à quelque chose », »regimber ». Das Sträuben, le substantif neutre, signifie quant à lui, » hérissement « , mais également « résistance ».
Lacan relève le terme dans « Le désir et son interprétation », -inédit-à la séance du 17/12/1958. Il en parle dans le contexte de « ce qui fait s’écarter quelqu’un de son désir, la crainte du caprice de l’autre (version publiée AF), du caprice de l’Autre (version A4 précédant la version publiée). Lacan ajoute que caprice vient de l’italien « capriccio », qui veut dire « frisson ».
Dans le Bloch et von Wartburg, dictionnaire étymologique, dont Lacan disait que c’était le livre qu’il emporterait sur une île déserte ( » D’un Autre à l’autre » –inédit-, séance du 12/02/1969), on trouve pour caprice  » emprunt de l’italien ‘capriccio’, frisson, au sens propre, encore usuel, dérivé de ‘capo’, tête, d’après le pluriel ‘capora’. »
Dans le  » Dictionnaire historique de la langue française » en deux volumes, Le Robert, « caprice » est l’adaptation (1558) de l’italien « capriccio « , dérivé de ‘capo’, tête, par une forme ‘caporiccio’, tête frisée, hérissée, qui a signifié frisson d’horreur, de peur (XIIIème siècle) peut-être parce que les cheveux se dressent sur la tête sous l’effet de la peur. Au XVIème siècle il prend le sens de ‘ désir soudain et bizarre qui monte à la tête’. »
Lacan conclut: ce caprice de l’A/a-utre,  » ce n’est rien d’autre que le même mot… chéri par Freud, sich sträuben, se hérisser… Et… à travers toute son oeuvre, ce sich sträuben est une des formes sous lesquelles il incarne de la façon la plus sensible son appréciation de la résistance.
note en bas de page d’un texte qu’on trouvera .

Laisser un commentaire