Photo_JAM

Lire un symptôme

Je soutiendrais volontiers que le bien dire dans la psychanalyse n’est rien sans le savoir lire, que le bien dire propre à la psychanalyse se fonde sur le savoir lire. Si l’on s’en tient au bien dire, on n’atteint que la moitié de ce dont il s’agit. Bien dire et savoir lire sont du côté de l’analyste, c’est son apanage, mais au cours de l’expérience il s’agit que bien dire et savoir lire se transfèrent à l’analysant. En quelque sorte qu’il apprenne, hors de toute pédagogie, à bien dire et aussi à savoir lire. Lire la suite

I. l’enseigneur, son traducteur et le vide central – 19 janvier

[mardi 13 septembre – je viens de retrouver mes notes du premier cours de Jacques-Alain Miller en 2011, reste à voir si elles s’avèreront lisibles, encore. je vais les jeter ici, et on verra bien. véronique müller]

Après « Vie de Lacan » l’année dernière, ce cours s’intitulera-t-il « Œuvre de Lacan« ? Mais y a-t-il l’œuvre de Lacan ? S’il y a un mot ni prononcé ni écrit par Lacan pour désigner son travail, c’est bien celui d’œuvre. Plutôt s’est-il attaché à ne jamais présenter ce qu’il donnait au public que comme « hors d’œuvre« . Les plats de résistance sont indéfiniment annoncés. La suite au prochain numéro! Lacan n’a jamais présenté des menus que sous la forme de feuilletons. Son séminaire évoque les séries TV américaines d’aujourd’hui. Le séminaire de Lacan est une série de cette façon. L’œuvre de Lacan, s’il y en a une, c’est le séminaire qui en donne l’axe –  son grand œuvre de Lacan, interminable work in progress.

Le grand œuvre du séminaire

Son corps est fait de 25 livres, des Écrits techniques de Freud au « Moment de conclure ».

Ce massif se trouve débordé à ses extrêmes.

D’abord deux séminaires donnés dans l’intimité de sa maison, sur l’Homme aux rats et sur l’Homme aux loups. Après  le « Moment de conclure », encore 3 séminaires. Deux voués à la topologie des nœuds, « La Topologie et le temps », « Objets et représentations »  (il n’en reste que peu dans la sténographie dont j’ai pu sauver quelques articulations). Et enfin le séminaire ultime, contemporain de la Dissolution de l’EFP, avec la tentative de créer une nouvelle École, et dont les leçons écrites à l’avance subsistent intégralement

30 ans donc, de 1951 à 1981. Comme s’il avait fallu 30 de plus pour trouver une forme achevée. Nous y sommes, la somme est là, reste à la publier.

Continuer la lecture

  1. II. Avec les philosophes, des suites de la représentation du monde – Terreur du doute, Rêve ou réel? Commentaires fermés
  2. III. L’expérience analytique et ses effets – 2 février 2011 1 réponse
  3. IV. – 9 février 2011 Laisser une réponse
  4. Cuarto CURSO DE JACQUES ALAIN MILLER (9.2.2011) Laisser une réponse
  5. V. Qu’est-ce que le réel? – 2 mars 2011 Laisser une réponse
  6. VI. De l’ontologie à l’ontique – 9 mars 2011 3 réponses
  7. VII. Aujourd’hui, on va s’amuser – 16 mars 2011 // Laisser une réponse
  8. VIII. – 23 mars 2011 Laisser une réponse
  9. IX. Direction de la cure // de l’en-deçà du refoulé à un au-delà de la passe- 30 mars 2011 1 réponse
  10. X. Itinéraire et itération de Lacan // imaginaire → symbolique → réel– 6 avril 1 réponse
  11. XI . l’outrepasse – 3 mai Laisser une réponse
  12. XII. un regard en arrière – 11 mai 1 réponse
  13. XIII. tripartition de la cause lacanienne – 18 mai 1 réponse
  14. XIV. le point de capiton de Montpellier / tripartition de consistances cliniques – 25 mai 4 réponses